Programme des gestion graffitis

Un agent de police à coté des graffitis.

Coordonnées

On peut trouver des graffitis à peu près partout — dans le centre-ville, les banlieues et les collectivités rurales. On en trouve également sur de nombreuses structures, dont les ponts, les bâtiments, les murs, les boîtiers des installations, les boîtes aux lettres et les véhicules, ainsi que dans les parcs.

Trucs pour dissuader les graffiteurs

En tant que propriétaire, vous pouvez utiliser certaines mesures pour dissuader les graffiteurs, notamment :

  • Plantez des vignes, des arbustes et des plantes épineuses afin de limiter l'accès aux murs de votre propriété.
  • Augmentez l’éclairage et la facilité d'observation. Considérez la possibilité de vous munir d’un dispositif d’éclairage à détection pour pouvoir détecter tout mouvement d’individus sur votre propriété.
  • Déplacez loin des murs les véhicules, les bennes à ordures ou autres et couvrez les tuyaux de descente afin d’empêcher l’accès au toit ou aux étages supérieurs de l’immeuble.
  • Songez à utiliser un produit anti-graffiti pour protéger les surfaces des graffitis.
  • Utilisez des clôtures et des barrières pour réduire le passage direct.
  • Favorisez la fierté et le respect communautaires dans votre quartier, et amenez les jeunes à participer à des projets visant la suppression des graffitis dans votre collectivité.
  • Considérez la possibilité de faire peindre une murale sur votre propriété.
  • Incitez l'entraide entre voisins. Instaurez un programme de surveillance de quartier dans votre quartier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu’est-ce qu’un graffiti ?

Un graffiti est un dessin gravé, crayonné, peint ou tracé d'une autre façon sur une propriété publique ou privée. Dans la région d'Ottawa, la forme la plus courante de graffiti est le « tagging ». Il consiste à écrire, à peindre ou à « vaporiser » avec de la peinture en aérosol un nom, un symbole ou un acronyme qui peut contenir ou non des lettres, des chiffres ou des symboles. Les autres graffitis peuvent être de style personnalisé, avoir une connotation haineuse, politique ou profane, ou être un symbole d’appartenance à un gang.

Faire un graffiti constitue un acte criminel – lorsqu’un individu appose un graffiti sur un bien public ou privé, et ce, sans l’autorisation préalable du propriétaire, il s’agit là d’un acte de vandalisme et c’est illégal.

Qui en sont les victimes ?

Le vandalisme par les graffitis fait bel et bien des victimes. Lorsque rien n’est entrepris pour freiner la prolifération des graffitis dans une collectivité, on peut avoir l'impression que personne ne s'en préoccupe et que personne n'a le contrôle de la situation. C'est ce qu'on appelle le syndrome du « carreau cassé ». La multiplication des graffitis peut nuire au développement économique d'une collectivité, aggraver le problème et engendrer des crimes plus graves envers la propriété. Les graffitis indésirables défigurent les propriétés. Leur nettoyage est très coûteux et risque d'endommager la surface sur laquelle ils ont été tracés.

Quelles sont les mesures mises en place pour contrer les graffitis ?

La Ville d’Ottawa et le Service de police d’Ottawa sont fiers de travailler de concert avec des représentants de la collectivité afin d’éradiquer le vandalisme par les graffitis, et ainsi jouer leur rôle consistant à réduire le vandalisme par les graffitis à Ottawa.

Pour y parvenir, la Ville d’Ottawa a mis sur pied un programme fondé sur quatre principes visant à freiner la multiplication des graffitis.

  • La suppression des graffitis : Éliminer les graffitis rapidement et efficacement.
  • La prise de responsabilité : Maximiser l'utilisation des ressources et des personnes disponibles.
  • La sensibilisation du public : Sensibiliser les résidents aux moyens de prévenir et d'ôter les graffitis.
  • La mise en application de mesures concrètes : Appliquer les règlements municipaux et le code pénal s'il y a lieu.

Que faire ?

La meilleure façon de limiter la prolifération des graffitis est de les enlever rapidement et d'apprendre à prévenir leur réapparition.

Comment aider

Chaque membre de la collectivité a son rôle à jouer s’il veut garder son quartier exempt de graffitis. Les graffiteurs veulent que leur travail soit bien en vue. La méthode la plus efficace pour remédier au problème est d’appliquer de la peinture sur les graffitis pour les faire disparaître ou de les effacer, et ce, dès que possible. En agissant ainsi, on décourage les graffiteurs. En outre, plus on s’attaque aux graffitis tôt, plus il est facile de les effacer. Si vous voyez des graffitis, il est important de le signaler aux autorités.

Ce que les parents peuvent faire

Si vous croyez que votre adolescent est impliqué dans des actes de vandalisme par les graffitis, discutez-en avec lui. En vertu de la Loi sur la responsabilité parentale, vous êtes tenu financièrement responsable des pertes et des dommages causés par votre enfant âgé de moins de 18 ans ainsi que des biens qu’il a intentionnellement détruits. Pour de plus amples renseignements à l'égard de cette loi, veuillez consulter le site Web www.e-laws.gov.on.ca.

Les jeunes doivent apprendre à respecter les autres et la collectivité dans laquelle ils vivent. Ils doivent savoir qu’il est illégal et irrespectueux d’apposer des graffitis sur les propriétés publiques et privées.

  • Ne prenez pas à la légère le fait qu’ils aient en leur possession tout matériel pouvant être utilisé pour faire des graffitis (p. ex. des canettes et des embouts de canettes de peinture en aérosol, des marqueurs, des contenants de crème à chaussure, de l’acide pour gravure, du papier sablé, des outils pour travailler le bois, des pochoirs, des pierres, des clous, des coupe-verres, des tournevis, etc.). Les jeunes peuvent également présenter d’autres signes montrant leur implication dans des actes de vandalisme par les graffitis tels que :
    • des taches de marqueur ou de peinture sur leurs mains ou leurs vêtements

    • des tags sur leurs vêtements, leurs livres d'école ou leur sac à dos

    • un carnet de croquis contenant des tags et des dessins caricaturaux

    • une grande quantité d’étiquettes autocollantes utilisées pour le « tagging avec autocollants »

    • des tags sur les meubles, les murs et d’autres objets de leur chambre

    • un intérêt pour des sites Web et des revues sur les graffitis

    • leurs amis les appellent par un surnom

    • la fréquentation d’autres jeunes présentant les caractéristiques susmentionnées

    • Encouragez-les à participer à des activités positives telles qu’un sport ou des activités parascolaires.

    • Aidez-les à exprimer leur énergie créatrice de manière positive en les invitant à s’inscrire à des cours sur l’art ou à réaliser des projets de conception.

    • Si votre adolescent est impliqué dans des actes de vandalisme par les graffitis, considérez la possibilité de lui interdire d’entrer en rapport avec d’autres graffiteurs.

Pour obtenir de l’aide supplémentaire, veuillez communiquer avec un organisme de services pour les jeunes de votre région ou avec la section de l’Intervention auprès des jeunes et de leur déjudiciarisation du Service de police d’Ottawa au 613-236-1222, poste 5355.

L’effacement des graffitis

La plupart des graffitis peuvent être effacés à l’aide de produits conçus pour l’enlèvement de graffitis et un lavage à la pression. Si vous avez besoin d’une aide professionnelle, consultez dans les pages jaunes les rubriques suivantes : enlèvement de graffitis, nettoyage des immeubles, service d’entretien ou de nettoyage des immeubles. Vous trouverez également sur Internet des entreprises situées dans votre région.

Il incombe aux propriétaires privés d’enlever les graffitis se trouvant sur leur propriété.

Pour signaler un graffiti

Si vous êtes témoin de vandalisme par les graffitis, sachez que ces graffiteurs sont en train de commettre un crime et que vous pouvez les dénoncer en composant le 911 .Logo d'échec au crime

Si votre propriété a fait l’objet d’actes de vandalisme par les graffitis, veuillez appeler le centre d’appels du Service de police d’Ottawa au 613-236-1222, poste 7300 (ATS 613-760-8100).

Tout graffiti à connotation haineuse devrait être signalé à la Section des crimes haineux du Service de police d’Ottawa au 613-236-1222, poste 2466.

Communiquez avec la Ville d’Ottawa au 3-1-1  si vous voyez sur des biens publics (parcs, routes, enseignes indiquant le nom des rues, boîtiers des installations, distributeurs de journaux ou boîtes aux lettres de la Société canadienne des postes) des graffitis.

Pour rapporter des graffitis de manière anonyme, appelez Échec au crime au 613-233-TIPS (8477) ou 1-800-222-8477.