Inspectrice Debbie Miller: J'ai eu la chance d'avoir dans ma vie des femmes fortes, indépendantes et résistantes

Affiché le mardi mars 23 2021
Inspectrice Debbie Miller est le deuxième grade le plus élevé occupé par une dirigeante noire de toute l'histoire de la Police d'Ottawa
Inspectrice Debbie Miller est le deuxième grade le plus élevé occupé par une dirigeante noire de toute l'histoire de la Police d'Ottawa

J'avais 18 ans lorsque quelqu'un m'a dit que je deviendrais une autre statistique canadienne, puisque j'étais une jeune noire vivant dans un foyer monoparental. Heureusement pour moi, on m'avait préparé à de telles éventualités. J'ai eu la chance d'avoir dans ma vie des femmes fortes, indépendantes et résistantes, telles que ma mère, qui m'enseigna à ne jamais laisser les autres, et l'idée qu'ils se font de moi, définir qui je suis et ce que je peux devenir. J'avais aussi trois frères qui croyaient en moi et m'ont encouragée à réaliser tout mon potentiel. En 1994, j'entrai dans une profession à prédominance masculine. Je devins agente au sein du Service de police d'Ottawa (SPO) où j'ai, depuis 27 ans, eu l'honneur de servir ma collectivité. Au fil de ma carrière j'ai découvert le pouvoir de ma voix. Je suis devenue porte-parole pour le changement, me servant de ma tribune pour valoriser les femmes. À l'instar de plusieurs femmes incroyables, j'ai dédié ma vie et ma carrière à guider et conseiller la prochaine génération de révolutionnaires. Il ne suffit pas d'avoir des femmes à la table des dirigeants: elles doivent être vues, entendues et écoutées. Nous sommes résolues à établir des environnements sûrs où toutes les femmes et jeunes filles peuvent venir travailler en y apportant leur « moi » authentique. Je crois résolument que lorsque l'on appuie la croissance et l'autonomisation des femmes et des filles, on améliore la qualité de vie de tout le monde. C'est notre perspective unique qui enrichit le discours narratif et nous rapproche tous des solutions nécessaires pour améliorer notre collectivité et la rendre plus sûre. En passant, je suis effectivement devenue une statistique: je détiens le deuxième grade le plus élevé occupé par une dirigeante noire de toute l'histoire de la Police d'Ottawa.