Les affaires historiques de personnes portées disparues comptent toujours et peuvent être élucidées

Affiché le mercredi février 12 2020
Les affaires historiques de personnes portées disparues comptent toujours et peuvent être élucidées
Les affaires historiques de personnes portées disparues comptent toujours et peuvent être élucidées

La plus récente affaire date de 2019 et la plus ancienne remonte aux années soixante.

Le Service de police d'Ottawa compte 27 personnes portées disparues par leur famille ou leurs proches et qui n'ont jamais été retrouvés.

« On se sent mal pour leurs familles », dit la détective Linda Nethercott, « elles veulent savoir ce qui est arrivé à leur être cher. »

Onze femmes et seize hommes de divers âges ont été portés disparus dans toutes sortes de circonstances. Le plus jeune d'entre eux n'avait que 10 ans lorsqu'il se glissa par la fenêtre de sa chambre à coucher le soir du 5 février 1981, et jamais on ne l'a revu.

La plupart des gens qui disparaissent sont retrouvés dans les 7 jours suivants, mais quelques-uns ne le sont pas.

En 2019, 1149 adultes de plus de 15 ans et 887 mineurs âgés de moins de 15 ans furent portées disparus avec la Police d’Ottawa.

Tara Sculptor est la seule personne portée disparue en 2019 qui n'a pas encore été retrouvée. Elle fut aperçue pour la dernière fois le 1er juin, où l'on croit qu'elle aurait pris un autobus d'Ottawa vers North Bay. Le dossier est toujours ouvert, et le demeurera jusqu'à ce qu'il soit résolu.

« Le fait de figurer à la liste historique des personnes disparues ne veut pas dire que l'on ne sera pas retrouvé », précise la détective Nethercott. « Nous avons retracé des gens qui avaient quitté le pays, il n'est donc pas impossible de trouver quelqu'un bien en vie, même après nombre d'années. »

En 2019, la détective Nethercott retrouva une femme qui manquait à l'appel depuis 1981. Elle avait quitté une relation de violence, et sa famille, sans nouvelles d'elles depuis plusieurs années, se tournèrent vers la police en 2013, soupçonnant qu'elle aurait été assassinée. La Section des crimes majeurs de la Police d'Ottawa se pencha sur l'affaire, mais elle ne trouva aucune preuve appuyant l'hypothèse d'un geste criminel.

L'affaire fut confiée à l'Unité des personnes disparues. La détective Nethercott retrouva la femme dans une autre ville ontarienne, et celle-ci était surprise d'apprendre qu'elle faisait l'objet d'un dossier de personne disparue.

Une nouvelle législation appelée la Loi sur les personnes disparues est entrée en vigueur en 2019, et permet aux enquêteurs d'avoir accès à des dossiers auparavant indisponibles, les affaires de personne disparues n'étant pas considérées des affaires criminelles.

« Leurs familles n'ont pas renoncées à elles, et nous ne les laisserons pas tomber non plus », conclut la détective Nethercott. « Nous allons poursuivre nos recherches, faisant appel à tous les nouveaux indices et toutes les nouvelles technologies à notre portée. »

Jetez un coup d'œil à notre page de personnes disparues historiques, et si vous avez des renseignements qui pourraient servir à localiser l'une d'entre elles, veuillez communiquer avec le Service de police d'Ottawa ou avec Crime Stoppers Ottawa.

 

 

Contactez-nous