Un agent recrue, élevé en logement social dit, « tout est possible »

Affiché le mardi octobre 22 2019
Agent Kevin Dorion à la Maison communautaire Confederation Court
Agent Kevin Dorion à la Maison communautaire Confederation Court

L’agent Kevin Dorion a grandi dans les logements sociaux du secteur Sud.

« Quand j’étais petit, j’entendais toujours dire que je deviendrais un criminel quand je serais grand, » dit Kevin, qui a complété ses études au Collège de police de l’Ontario en août dernier. « Mais grâce à de bonnes influences dans ma vie, j’ai n’a pas emprunté ce chemin. »

Sa mère et son beau-père enseignèrent à Kevin et à son grand frère que le travail acharné mène au succès. « Ils nous ont encouragés à réussir à l’école, à faire du sport, et à tirer parti de toutes les occasions qui se présentaient, » dit Kevin.

C’est l’une des raisons pour laquelle il se joignit à l’organisme Christie Lake Kids, qui croit que grandir dans la pauvreté ne définit pas une personne ni ne réduit son potentiel.

« J’étais campeur et je faisais partie du programme Skills Through Arts and Recreation (STAR), » dit-il.

C’est par la voie de Christie Lake Kids et de la Maison communautaire Confederation Court que Kevin a connu des modèles de comportement et trouvé l’inspiration.

« Il y avait des policiers qui prenaient la peine de nous rendre visite pour prendre des nouvelles, » dit Kevin. « Quand on convoque la police, c’est rarement une situation positive, mais si les agents passent nous voir simplement pour nous dire ‘salut’, c’est une puissante manière d’établir des liens. »

Kevin tira plein parti de ce qui lui fut offert. Il apprit le karaté au camp Christie Lake, il pratiqua l’athlétisme et joua au football et au touch-football à l’école secondaire Saint-Patrick.

« Ce n’était pas toujours facile, », dit Kevin, « mais les programmes et le sport m’ont donné de quoi m’occuper pour m’éviter les ennuis. »

En tant que nouvel agent, Kevin put choisir ses lieux de patrouille à Ottawa. « J’ai opté pour le coin où j’ai grandi, afin de pouvoir redonner à ma collectivité. »

Il fut ravi d’être affecté au secteur « 33 », son coin de prédilection d’autrefois, les alentours des chemins Walkley et Russell. 

« Le fait de connaître les environs et les gens m’aide à faire mon travail. Je peux dire, ‘J’viens d’ici’, ce qui crée un lien immédiat. »

Kevin est récemment passé rendre visite au Programme post scolaire de la Maison communautaire Confederation Court. « Je me souviens de ce que ça représentait à mes yeux de voir la police dans des situations positives, » dit-il. « Je tiens à ce que les jeunes sachent que je suis accessible et que je ne suis pas indifférent. »

Contactez-nous