Ne pas savoir quoi faire en cas de collision pourrait vous coûter des milliers de dollars

Affiché le mercredi avril 14 2021

En 2019 à Ottawa, 16 399 collisions furent signalées. La majorité d’entre elles ne firent pas de blessés, ou seulement des blessures mineures, mais les propriétaires de véhicules risquaient de se retrouver avec des factures de réparations fort élevées.

Personne ne souhaite se retrouver mêlé à une collision, mais il est judicieux de s’y parer.

« La plupart des gens n’ont pas envisagé ce qu’ils feraient à la suite d’une collision », dit l’agent Michel Vandal, membre de la Section de la circulation du Service de police d’Ottawa. « Si vous n’avez pas fait vos devoirs, le fait de ne pas connaître la marche à suivre pourrait vous coûter des milliers de dollars en frais non couverts par votre régime d’assurance. »

À qui doit-on faire appel en cas de collision?

S’il y a des blessures ou plus de 2000$ de dommages, vous devez déclarer la collision à la police. 

En cas de collision où des soins médicaux sont nécessaires ou s’il y a risque en matière de sûreté publique, notamment si la chaussée est bloquée ou si des câbles sont tombés, composez le 9-1-1. Sinon, faites appel au numéro de la police réservé aux situations non-urgentes, le 613-236-1222, et un de nos préposé aux communications évaluera la situation et vous conseillera quant à la marche à suivre.

Si les véhicules sont toujours en état de conduite, on vous demandera de vous rendre à l’un des trois Centres de rapport des collisions de la ville. Si votre véhicule est trop endommagé pour être conduit, vous devrez prendre les dispositions nécessaires pour le faire remorquer. 

« À moins qu’une enquête policière ou une question de sûreté publique doive passer en priorité, vous avez le droit de décider qui remorquera votre véhicule », dit l’agent Vandal. « Les automobilistes devraient savoir que les frais exigés pour le remorquage varient considérablement, faites donc preuve de toute la diligence raisonnable avant d’accepter un remorquage.»

L’agent Vandal vous conseille d’appeler votre assureur après avoir parlé à la police, et de lui demander conseil quant à la manière de procéder et pour savoir quels frais il assumera. 

« Votre assureur peut vous dire ce que couvre votre régime en ce qui concerne le remorquage, les réparations et la location. Il se pourrait même qu’il vous propose une liste d’entreprises auxquelles il préfère faire appel. » 

Qu’importe l’entreprise de remorquage que vous choisissez, exigez d’elle une estimation écrite détaillée. « Si vous donnez votre accord à un remorquage sans obtenir les frais par écrit, vous risquez d’encourir des frais inattendus susceptibles de ne pas être couverts par votre régime d’assurance. »

L’agent Vandal conseille aussi aux automobilistes de se méfier des opérateurs de dépanneuse qui se présentent sur les lieux d’une collision sans avoir été sollicités.  « Il est illégal pour eux de s’approcher à moins de 100 mètres des lieux d’une collision à moins d’y avoir été appelé par une partie impliquée » dit-il, « Pour nous, il n’est pas inusité de voir cinq ou six camions sur place. » 

L’agent Vandal propose de considérer les entreprises de remorquage non sollicitées du même œil qu’un individu qui se pointerait chez vous, sans invitation, pour vous proposer ses services. « Y feriez-vous appel, en ignorant tout de la compagnie et avant d’avoir obtenu les documents faisant état des services offerts et de leur coût, simplement parce que quelqu’un s’est manifesté à votre porte? »

Une fois que vous avez appelé une dépanneuse, soyez attentif à qui se présente. « Il pourrait y avoir d’autres opérateurs de dépanneuse se cherchant du boulot, il importe donc de veiller à ce que vous confiez votre véhicule à l’entreprise que vous avez appelée », dit-il. « Des fois, d’autres opérateurs de dépanneuse se sont présentés et le conducteur a donné son accord verbal au remorquage, croyant qu’il s’agissait de l’entreprise qu’il avait appelée. » 

Une fois, le conducteur ne savait pas où l’on avait emporté son véhicule. « Il a fallu plusieurs jours pour retracer sa voiture, et d’ici là, il avait accumulé des frais d’entreposage se chiffrant à plusieurs centaines de dollars », dit l’agent Vandal.

Il informe les conducteurs du fait que les opérateurs de dépanneuse doivent leur faire signer un formulaire de consentement par écrit avant d’entamer un remorquage. 

« Sachez quels sont vos droits », dit l’agent Vandal, « afin que votre mauvaise journée n’empire pas plus encore. »

Pour de plus amples renseignements sur la marche à suivre en cas de collision, consultez le ottawapolice.ca/collisions.