Jessyca Medveduke est souvent la première personne à qui vous parlez lorsque vous appelez à l'aide

Affiché le mercredi mars 17 2021
Jessyca Medveduke est une communicatrice de la police
Jessyca Medveduke est une communicatrice de la police

En tant que préposée aux communications policières avec le Service de police d'Ottawa (SPO), je suis souvent la première à qui s'adresse une personne appelant à l'aide. Je ne sais jamais qui sera le prochain appelant - un proche nous priant de passer vérifier qu'un être cher que l'on ne peut joindre va bien, un appel effréné à propos d'un braquage en cours ou peut-être une collision avec blessures, où j'enverrai alors des pompiers et paramédics en plus des policiers. Une fois, après le travail, je rentrais chez moi au milieu de la nuit. Je dépassai un homme chancelant sur le bord de la route. Jetant un coup d'œil à mon rétroviseur, je le vis portant ses mains à sa gorge. Je composai le 9-1-1 pour signaler un homme en possible détresse, puis je fis demi-tour. Je lui parlai à partir de mon véhicule tout en demeurant en communication avec le 9-1-1. L'homme se mit à étouffer, et un agent du SPO qui venait d'arriver lui administra la manœuvre de Heimlich. Poursuivant ma route vers chez moi, je me suis demandé quelle était la probabilité que je me trouverais à cet endroit au moment précis où cette personne avait besoin d'aide. Deux autres automobilistes avaient passé leur chemin sans s'arrêter. À mon avis, bien des gens présument que quelqu'un d'autre fera l'appel. Ne faites surtout pas une telle supposition. Téléphonez-nous, et laissez les préposés aux communications policières évaluer la situation. Il ne s'agira peut-être pas d'une urgence après tout, ou nous recevrons peut-être plus d'un appel, mais c'est bien préférable à n'en recevoir aucun. Vous pourriez sauver une vie.