Elle est révolue, l’époque où une femme devait choisir entre carrière et famille

Affiché le lundi mars 08 2021
Christie Cacchione
Le sergente intérimaire Christie Cacchione voulut devenir policière après qu'une agente soit venue parler à sa classe

Sergente intérimaire Christie Cacchione 
Dans les années 1990, une agente vint rencontrer ma classe dans le cadre d’un programme VIP. Elle aborda les sujets dont la police parlent habituellement aux élèves: la sécurité, la drogue, l’intimidation. Sa manière de nous adresser et sa présence en uniforme m’ont grandement impressionnée. Sa collectivité lui tenait à cœur, c’était évident. Je me suis dit: c’est ça que je veux faire. J’ai travaillé fort pour devenir une candidate compétitive. J’ai figuré au tableau d’honneur de mon école secondaire, j’ai fait du bénévolat à la Mission d’Ottawa, j’ai étudié en techniques policières au Collège Algonquin, où j’ai obtenu mon diplôme avec mention, et j’ai décroché le prix de l’Institut de police et de sécurité publique et j’ai ensuite été embauchée par la Police d’Ottawa. Aujourd’hui, 20 ans plus tard, je suis mariée à un policier de la GRC et nous avons eu ensemble trois beaux enfants. Élever des enfants tout en faisant une carrière peut être difficile, mais nous mettons vraiment l’accent sur l’équilibre travail-vie privée. Heureusement, l’époque où une femme devait choisir entre carrière et famille est révolue. Je suis reconnaissante envers la Police d’Ottawa pour le soutien qu’elle m’apporte pour faire évoluer ma carrière sans devoir imposer des sacrifices à ma famille.