Réactions courantes au fait d'être une victime

Victime d'un acte criminel ou d'une tragédie?

Personne ne s'attend à être victime d'un acte criminel ou d'une tragédie. Que vous ayez subi des blessures corporelles ou des menaces ou encore, que vous ayez été victime d'une quelconque manière, nous savons que vous avez besoin d'éclaircissements pour la suite des choses.

La plupart des personnes dont la vie a été bouleversée par un crime ou un événement tragique vont réagir physiquement ou émotionnellement de diverses façons; en voici quelques-unes :

  • difficultés à s'endormir ou réveils fréquents pendant la nuit;
  • changements au niveau de l'appétit;
  • maux de tête ou autres douleurs, tension, fatigue ou épuisement;
  • choc;
  • nausées;
  • transpiration excessive;
  • pleurs;
  • avoir besoin de solitude ou de l'entourage d'autres personnes;
  • faire les cent pas/être en état d'agitation physique ou d'irritabilité accrue;
  • avoir de la difficulté à se concentrer;
  • la mémoire de l'événement ressurgit constamment;
  • cauchemars;
  • se punir ou blâmer d'autres personnes qui ne sont pas responsables;
  • débordements émotionnels;
  • sautes d'humeu;r
  • réaction de sursaut;
  • méfiance;
  • colère;
  • panique;
  • anxiété;
  • tristesse/repli sur soi;
  • sentiment d'accablement;
  • peur;
  • sentiment de culpabilité;
  • engourdissement émotionnel.

Notre liste d'exemples ne couvre pas toutes les manifestations possibles, mais seulement les réactions normales et courantes qui peuvent être ressenties.

Les liens avec son entourage

Une victime peut vouloir se tenir à l'écart; or, l'isolement aggrave les choses. Le fait de se rapprocher des personnes en qui on a confiance aide à guérir. Il faut donc faire un effort pour entretenir des relations avec elles et éviter de passer trop de temps seul.

Si une personne souhaite parler à une conseillère ou un conseiller en intervention d'urgence au sujet de son expérience, elle peut appeler l'Unité de soutien aux victimes au 613-236-1222, poste 2223*

**Prenez note que nous n'offrons pas une ligne d'écoute téléphonique 24 heures sur 24. Il se peut que la personne doive laisser un message; une conseillère ou un conseiller en intervention d'urgence la rappellera dès que possible.

À la suite d'un traumatisme

Voici quelques conseils pour surmonter un traumatisme :

  • essayer de reprendre sa routine habituelle;
  • tenter de dormir 8 heures par nuit;
  • manger des repas équilibrés à des heures régulières;
  • éviter l'alcool, la caféine et les aliments sucrés;
  • boire de l'eau;
  • pratiquer une activité physique (l'exercice physique comporte des bienfaits indiscutables; néanmoins, il faut consulter un professionnel de la santé pour s'assurer de ne pas se surmener);
  • se détendre - passer du temps avec des êtres chers ou des personnes avec lesquelles on se sent bien, dans un endroit qui nous rend heureux.;
  • demander de l'aide;
  • il est important de parler de ses sentiments et de demander l'aide dont on a besoin, en faisant appel à un membre de la famille, un ami, un conseiller ou un membre du clergé en qui on a confiance;
  • faire l'effort de participer à des activités sociales qui favorisent le mieux-être;
  • pratiquer avec d'autres personnes des activités « normales », qui n'ont rien à voir avec l'expérience traumatisante; au cas où une relation avec quelqu'un d'important aurait été rompue, il faut faire l'effort de renouer le contact;
  • se joindre un groupe de soutien; le fait d'être avec d'autres personnes confrontées aux mêmes problèmes peut contribuer à réduire le sentiment d'isolement et le fait d'entendre comment les autres s'en sortent peut être inspirant;
  • établir son propre rythme - apprendre à dire NON;
  • il ne faut pas changer sa vie ou prendre des décisions importantes immédiatement après une crise, sauf si elles visent à améliorer sa sécurité personnelle;
  • demander de l'aide si les choses semblent insurmontables.

Planifier sa propre sécurité pour réduire le risque de devenir à nouveau une victime.

En cas d'inquiétude persistante quant à sa propre sécurité, il est possible de planifier un plan de sécurité personnalisé avec l'Unité d'aide aux victimes en situation d'urgence et nos partenaires communautaires, notamment le programme Supportlink des Services aux victimes d'Ottawa. Communiquez avec notre unité si vous avez des préoccupations en matière de sécurité.