Forum sur la police communautaire

Le Service de police d’Ottawa (SPO) a été l’hôte du Forum sur la police communautaire : Ensemble, bâtir la confiance le 13 mai 2019. Il s’agissait d’une consultation publique pour recueillir les commentaires des citoyens aux fins d’améliorer notre modèle de police communautaire et de contribuer à la création de nouvelles équipes de police de quartier. 

Plus de 100 personnes, dont 30 pour cent représentaient le SPO, ont participé à l’événement d’une journée au Centre Saint-Élias. Des représentants d’associations communautaires et d’organismes de services, des groupes de défense des droits, des membres de la Commission de services policiers d’Ottawa, des conseillers municipaux, des étudiants et des membres du public ont aussi pris part à la rencontre. 

La police communautaire est le processus par lequel la police et d’autres membres de la collectivité s’associent pour améliorer le bien-être, la sûreté et la sécurité par des efforts concertés d’identification des problèmes, d’analyse, d’intervention et d’évaluation. Bien que cette approche soit depuis longtemps un modèle d’orientation pour le SPO, la façon dont elle a été mise en œuvre a changé au cours des dernières années. Les participants ont entendu des policiers témoigner de leur expérience de première ligne et de leurs points de vue sur la police communautaire. Ils ont entendu également des citoyens des milieux universitaire et communautaire exprimer leur opinion sur l’application des approches communautaires en matière de services de police.

Les agents ont expliqué la nouvelle Stratégie intégrée de police communautaire et ont discuté de la façon dont cette dernière s’harmonise avec le Modèle ontarien de mobilisation et de participation en matière de services de police communautaire. Ils ont souligné que même si la police communautaire comporte de multiples volets, les agents de police communautaire de première ligne sont ceux qui sont les plus visibles et qui font partie intégrante de la participation communautaire. Pour réussir, il faut un engagement communautaire, qui ne peut être favorisé que par des échanges positifs et respectueux. Il importe également de sensibiliser les communautés à la nécessité du maintien de l’ordre par des techniques douces ou dures et d’approches conjointes face aux problèmes sociaux complexes. Les policiers ont insisté sur le fait qu’ils ont besoin de l’apport de la collectivité pour les aider à cerner les enjeux prioritaires. Il leur faut aussi rallier les citoyens pour formuler des réponses efficaces.

Les membres de la communauté qui ont pris la parole devant les participants leur ont fait part de leurs points de vue découlant de la recherche universitaire, de la défense des droits en première ligne et du travail de sécurité communautaire. Il y a eu une discussion au sujet des différences entre le modèle de police conventionnel, qui est réactif et axé sur les incidents, et le modèle de police communautaire, qui est proactif et fondé sur le renseignement. Ce dernier nécessite l’établissement de partenariats et met l’accent sur la résolution de problèmes. Il peut produire de multiples avantages à sa mise en œuvre, notamment une amélioration de la coopération et de la communication. Néanmoins, il comporte aussi certains risques, notamment la perception par les groupes marginalisés de ciblage et la confusion des problèmes sociaux en problèmes des services de police. Pour être efficace, la police communautaire doit posséder de solides compétences générales, comme la désescalade de conflits, un esprit d’engagement positif et une capacité d’approche.

Les participants ont eu l’occasion d’explorer à quoi ressemble la police communautaire et comment l’améliorer grâce à plusieurs activités interactives de groupe, notamment des jeux ciblés avec Lego et des conversations guidées. Ils ont formulé de nombreuses idées sur la façon de rendre la police communautaire plus efficace à Ottawa et de relever certains des défis actuels. Leurs recommandations peuvent être regroupées sous quatre thèmes clés : 

  • Créer des partenariats et établir des ponts : Il faut nouer des liens significatifs et intentionnels entre la police et les résidents et les renforcer. Selon un participant, il faut « réaffecter les policiers dans les communautés avec une présence permanente : à la fois en assurant une présence physique et par le biais de patrouilles. » 
  • Jouer un rôle actif et visible : Les collectivités sont sensibles à la participation de policiers à des événements et à leur implication positive auprès des enfants et des résidents. Les citoyens veulent voir plus d’agents de police communautaires et de policiers qui jouent un rôle actif et visible. Ils veulent qu’ils « sortent de la voiture. »
  • Favoriser la confiance mutuelle : Quand les résidents connaissent les policiers, quand ces derniers sont à l’écoute des préoccupations de la collectivité, la confiance est renforcée. Il faut « que les interactions communautaires comptent dans les statistiques et donnent de la valeur à la police communautaire et à l’engagement communautaire. »
  • Reconnaître les défis sous-jacents : Il est nécessaire de s’attaquer aux causes profondes des problèmes auxquels est confrontée une communauté, comme le racisme et l’inégalité. Il leur faut « être en mesure de comprendre toutes les préoccupations et les enjeux de notre communauté diversifiée. »

Les participants ont exprimé à maintes reprises leur désir de voir un renforcement de la police communautaire à Ottawa, recommandant une présence, des ressources et une visibilité accrues de cette dernière dans les collectivités. Toutefois, ils ont aussi demandé que la police mette l’accent sur un engagement positif et proactif auprès des résidents. Sauf pour ce qui est des préoccupations exprimées au sujet de la nécessité pour le SPO de s’attaquer aux perceptions de ciblage et de préjugés raciaux, tous les participants ont convenu que les collectivités qui ont des policiers communautaires apprécient ces derniers et les valorisent. Il semble que tout le monde s’accorde à reconnaître que l’amélioration des services de police communautaire à Ottawa exige des investissements non seulement de la part des agents et des membres de la collectivité, mais aussi de la part des gestionnaires et des dirigeants du SPO, ainsi que des municipalités pour ce qui est de l’affectation des ressources

Le présent rapport résume les principaux thèmes qui sont ressortis au sujet des pratiques exemplaires et des objectifs des services de police communautaire à Ottawa. La première partie du rapport porte sur les thèmes clés des conférenciers : les agents de police et les partenaires communautaires. La deuxième partie expose les idées et les recommandations qui ont été élaborées dans le cadre d’activités de groupe et de conversations, y compris les meilleures idées pour aller de l’avant vers un modèle plus efficace de police communautaire. Le rapport se termine par un résumé des recommandations des participants, dont on trouvera un compte rendu plus détaillé dans les annexes.

 

Contactez-nous