Équipe tactique

Tactical practice

Coordonnées

Notre équipe tactique répond à plus de 100 incidents à haut risque par année et elle est souvent aux Rapellingpremières lignes chez les nombreuses ambassades et les nombreux consulats d’Ottawa, ainsi qu’à l’Aéroport d’Ottawa. Les membres de l’Équipe tactique sont dûment formés en explosifs, prise d’otages, négociation, exécution de mandats d’arrêt, accès aux personnes perturbées, suppression d’incidents à risque élevé, surveillance à distance, tactiques des tireurs d’élite et exercices physiques tels que la descente en rappel de grands immeubles.

Devenir membre de l’Équipe tactique n’est pas une chose facile . C’est un travail physiquement exigeant, qui nécessite un dévouement, un travail d’équipe et une solide éthique professionnelle.

Pour joindre l’Équipe tactique , les candidats internes doivent obtenir un pointage de 90 % à l’évaluation de la bonne forme physique de la Police d’Ontario. Ils doivent ensuite réussir un test d’aptitudes physiques « propre à l’emploi » qui intègre beaucoup des activités qu’un membre de l’Équipe tactique est censé accomplir au quotidien. Les candidats qui achèvent avec succès les examens d’aptitudes physiques se soumettent ensuite à une entrevue. Ceux qui achèvent ces trois étapes avec succès entament alors un processus très rigoureux nommé la « Semaine de sélection ». Les candidats qui parviennent à traverser la Semaine de sélection doivent ensuite endurer, et réussir, un cours d’intervention tactique en cas de prise d’otages, d’une durée de douze semaines et fort exigeant sur les plans physique et mental.

On nous demande souvent « Quelle est la différence entre l’Équipe tactique et le SWAT? ». Chez la Police d’ Ottawa, la terminologie privilégiée est « Équipe tactique »; cependant, SWAT (un terme américain qui désigne un groupe d’intervention tactique) en est un parfait synonyme.

Les substances chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et explosives (CBRNE)

En 1976, par suite des Jeux olympiques de Montréal, le Service de police d’Ottawa a créé ce qui s’appelle l’« escouade antibombe ». Cette escouade a pris de l’ampleur et elle regroupe désormais huit membres de l’Équipe tactique qui ont suivi la formation exigée pour intervenir face aux menaces nationales et terroristes, une réalité contemporaine. 

En 2011, l’Unité des explosifs et la Section des Bearcatopérations en CBRNE de la Gendarmerie royale canadienne (GRC) se sont réunies sous une unité intégrée, maintenant nommée « la Section des opérations en CBRNE ». Issus des deux services de police, ces membres dûment formés travaillent et se déploient désormais en tant qu’équipe unique pour réagir aux divers incidents allant des colis suspects et des explosifs recouvrés, aux attentats à la bombe et aux laboratoires d’explosifs artisanaux.

Le matériel et le parc automobile

En 2010, la « BearCat » a été le tout premier véhicule blindé tactique du Canada à offrir une protection accrue à la police durant les opérations à haut risque. La BearCat a été utilisée à maintes reprises à la fois comme outil d’intervention opérationnel et outil de formation. Elle convient parfaitement aux interventions en cas de crise, compte tenu surtout du nombre croissant d’incidents impliquant des armes à feu qui accentuent le risque chez nos agents et chez le public.

 

RobotLes robots sont également utilisés pour effectuer diverses tâches, notamment l’élimination sans danger des explosifs et l’acheminement de téléphones portables et d’aliments et boissons aux négociateurs , et facilitent la surveillance. Le robot sur la photo est le modèle Andros F6A de Remotec.