Les Équipes de ressources de quartier

En 2019, le Service de police d’Ottawa (SPO) a introduit trois nouvelles équipes de ressources de quartier (ERQ) présentes dans Vanier-Overbrook, Heron Gate-Ottawa Sud et Carlington-Caldwell. Ces ERQ vont constituer la principale composante du modèle de la SPO en stratégie d’approche communautaire et seront mises à l’œuvre à trois nouveaux quartiers en 2020 : au marché By et la Basse-Ville, au centre-ville et à Bayshore.

Ces quartiers ont été choisis en raison du nombre accru d’incidents criminels s’y déroulant (notamment des crimes de rue violents liés aux bandes de rue et à la drogue), de la présence de questions sociales complexes sous-jacentes à la majeure partie de la criminalité (logement, emploi, éducation, santé, marginalisation, discrimination, etc.), ainsi qu’une fréquence élevée d’appels de service policier.

Les agents des ERQ se consacrent exclusivement aux quartiers où ils seront affectés pour une période d’au moins deux ans, où ils œuvreront de façon intégrée et coordonnée avec les résidents et les partenaires du coin, des organismes sans but lucratif, ses associations commerciales et le personnel de la municipalité afin d’évaluer et d’aborder les questions de criminalité, de désordre social et leurs enjeux socioéconomiques sous-jacents. Les ERQ sont formées d’agents chevronnés disposant de la maturité personnelle et professionnelle requise pour gérer de complexes questions criminelles et socioéconomiques touchant le quartier de leur affectation.

Les agents possèdent des compétences fondamentales éprouvées en prévention du crime, en gestion et maintien de l’ordre et en intervention d’urgence — ils recevront en outre une formation et un perfectionnement spécialisés, notamment en résolution de problèmes, en médiation des différends, en communication efficace et en compétence (inter) culturelle. Les ERQ se consacreront à un seul quartier au cours de mandats pluriannuels — chacun des ERQ se verra également accorder un effectif dévoué d’Agents de ressources scolaires (ARS), d’Agents de police communautaires (APC), et d’Agents de la circulation (AC).

Même si les investissements dans les Équipes de ressources de quartier ont commencé à porter fruit en ce qui concerne la lutte contre la criminalité et la violence de rue, une approche « tout-Ottawa » est nécessaire pour en arriver à une ville plus forte et plus sûre.

Les unités d’enquête ont ciblé des récidivistes prolifiques dans des zones de criminalité violente, ce qui s’est soldé par plusieurs arrestations et saisies d’armes à feu.

Le chef Sloly et sa haute direction se sont penchés sur l’approche actuelle en matière de prévention et de réduction de la violence liées aux armes à feu et à la criminalité de rue à Ottawa. Ces efforts seront accrus alors que le SPO intègre un nouveau processus de gestion du désordre et de la criminalité. Il s’agit là d’un nouveau modèle d’intervention conçu afin de soutenir les victimes et les collectivités en abordant la peur et l’anxiété accrues dans la foulée des crimes violents. Ce processus aidera le SPO à élaborer une approche plus dynamique quant à la réduction du crime, à l’amélioration de la qualité de vie, et à la gestion de la main-d’œuvre et des ressources. Il donnera aux officiers de commandement un accès immédiat à des données opérationnelles à l’échelle de la ville pour être plus en mesure de faire appel à l’analyse des tendances et des outils de prévision pour une meilleure évaluation et des prises de décisions mieux informées.

Le SPO va poursuivre sa collaboration avec Prévention du crime Ottawa, le Conseil sur l’Équité et autres partenaires en vue de mettre à jour la présente Stratégie relative aux bandes de rue et à la violence dans les rues, qui fait partie d’un effort conjoint avec divers partenaires communautaires à l’échelle municipale.

Contexte:

Les ERQ sont destinées à renforcer la présence policière dans les collectivités et à faire face aux préoccupations de la population relativement au crime et au désordre social. L’Agent de police de quartier (APC) demeurera le point d’accès unique dans chaque quartier, et il collaborera étroitement avec les partenaires communautaires et les agents des ERQ en vue de rehausser la sûreté de ces secteurs. Cela implique notamment de se pencher sur des questions telles que les adresses-problèmes, le trafic de drogue et d’autres incidents qui nécessitent une réponse coordonnée.

Les membres choisis pour les ERQ sont des agents chevronnés qui ont été affectés dans le cadre de mandats de service plus longs pour leur permettre d’œuvrer au sein du même secteur durant plusieurs années. Ceci leur permettra de forger et de cultiver des liens à long terme et d’en arriver à bien connaître les gens et les collectivités dont ils seront au service.

Les agents des ERQ ont reçu une formation spécialisée, axée sur les réalités des secteurs où ils seront déployés. La formation porte sur les stratégies d’établissement de relations, de sensibilisation culturelle, sur l’établissement de réseaux de quartier, les questions de traite de personnes, et les incidents motivés par la haine et les enquêtes menées par la suite. Cette formation fut mise au point afin d’aider les agents des ERQ à répondre aux besoins particuliers de chacun des quartiers.

En outre, les ERQ seront suivis par la Dre Linda Duxbury de l’Université Carleton. Son équipe fera l’évaluation de l’efficacité des ERQ et leur proposera une rétroaction au fil de la croissance du programme. Cette mesure de responsabilisation fera en sorte que des objectifs soient fixés et atteints pour améliorer la sûreté globale de la collectivité.

Les résidents sont invités à continuer de signaler les crimes par les voies habituelles : composer le 9-1-1 en cas d’urgence mettant des vies en péril et de crimes en cours ; et à faire le 613-236-1222 pour les cas non urgents.

Contactez-nous