Comment repérer une résidence servant à la culture de la marijuana

Comment repérer une résidence servant à la culture de la marijuana

Le public devient souvent les yeux et les oreilles de la police. Si vous remarquez des activités suspectes liées à la drogue dans votre quartier, composez le numéro du programme Échec au crime, au (613) 233-8477.

  1. La résidence ne semble pas être habitée : plusieurs des centres de culture ne sont pas habités. 
  2. Un comportement inhabituel de la part des non habitésvisiteurs : irrégularités relativement au va-et-vient des visiteurs, soit qu'il y ait absence de visiteurs, ce qui donne une impression d'isolement, soit que plusieurs visiteurs s'y rendent fréquemment, mais pour de courtes durées.
  3. Des fenêtres recouvertes : on utilise des plastiques opaques blancs ou des rideaux épais bien fixés au cadre des fenêtres, ou encore des stores descendus et plaqués contre le cadre de la fenêtre. Ces couvre-fenêtres ne sont jamais ouverts.
  4. De la condensation : le taux d'humidité à l'intérieur d'une pièce de culture est d'environ 65 % avec une température dépassant 30 degrés Celsius. De telles conditions causent de la condensation sur les fenêtres et les murs, ce qui entraîne l'apparition de moisissure et de pourriture.odeurs
  5. Des odeurs : une odeur de mouffette à laquelle se mêle l'odeur de végétaux sucrés ou l'odeur particulière d'un chou en décomposition. On a également recours aux boules à mites ou à l'assouplissant textile pour masquer l'odeur de la culture de marihuana.
  6. Des surtensions ou baisses de tension localisées : les résidences du quartier subissent des surtensions ou des baisses de tension inexpliquées (la baisse de tension réduit l'intensité lumineuse et le fonctionnement des appareils ménagers), et le débit de puissance revient à la normale environ 12 heures plus tard.
  7. Des affiches « Chien méchant » ou « chien de garde » : méthode utilisée en vue de dissuader les intrus, de se protéger des cambrioleurs et d'éviter de se faire repérer par la police.Des bruits
  8. Des bruits : il est possible d'entendre le bourdonnement de ventilateurs étant donné que l'air à l'intérieur des pièces de culture doit être évacué vers l'extérieur. L'air peut être évacué par la cheminée, vers le grenier ou même dans le réseau d'égouts. Des bruits de travaux de construction tard en soirée peuvent également vous mettre la puce à l'oreille.
  9. L'historique des lieux : on a déjà utilisé la résidence ou le bâtiment commercial pour y exploiter des installations de culture de la marijuana. Plusieurs de ces propriétés à usage locatif sont connus de l'élément criminel comme ayant servi, par le passé, à la culture de la marijuana, puis réutilisées à cette fin à maintes reprises.
  10. D'autres moyens utilisés afin de ne pas attirer l'attention des voisins et de la police : l'éclairage à l'intérieur et à l'extérieur, le poste de radio et le téléviseur fonctionnent jour et nuit, des circulaires sont laissés dans la boîte aux lettres ou devant l'entrée principale, des jouets et des bicyclettes d'enfant sont laissés à l'extérieur bien qu'aucun enfant ne semble vivre à cet endroit, l'enseigne d'une société immobilière est placée bien en vue sur le terrain avant.

 

Contactez-nous